• Genopolys
  • Activités Grand Public
  • EUREKA !
  • Conférences grand public EUREKA/initiatives plurielles

Conférences grand public EUREKA/initiatives plurielles

-La problématique actuelle des vaccins

-Les grandes questions de Bioéthique

-les "crises sanitaires" (annulée pour le 18 mars et reportée à une date ultérieure)

-Le complotisme

Medecine et société 2019bisannulée

Ces conférences sont animées par Gilles Roche:

Le docteur Gilles Roche a exercé en CHU en tant que spécialiste de médecine interne (option maladies infectieuses et tropicales) et en tant que pédiatre. Il a eu des responsabilités internationales dans l’industrie pharmaceutique. Il est également microbiologiste, pharmacologue et biostatisticien, et spécialiste des essais cliniques internationaux. Il est président du Comité Occitanie/Languedoc-Roussillon de la Fondation pour la Recherche Médicale (www.frm.org).

GillesRoche

Ces conférences-débats s'adressent au grand public et obéissent à une règle d'or: partir des faits et, de ce qui est validé, et non de croyances ni d'affirmations sans bases réelles, dans un but humaniste, ouvert et au-delà, de toute idéologie.

Le 20 Novembre 2019 à 18h à Genopolys:

« Vaccins : la crise de confiance… et la méfiance vis-à-vis des autorités sanitaires : pourquoi ? comment ? qu’en penser ? »

Outils exceptionnels de l’amélioration de l’état de santé sur la planète, résultats fabuleux, tolérance excellente, application du principe selon lequel il vaut mieux prévenir que guérir… comment peut-on imaginer que le doute ait été mis dans l’esprit de nos concitoyens ? Que s’est-il donc passé pour que cette évidence aveuglante d’efficacité soit contestée ? Que s’est-il donc passé pour que le doute ait été mis sur leur innocuité extraordinaire ? Comment peut-on ne pas voir que chaque fois qu’on a voulu baisser la garde les maladies sont revenues au galop ? 

Partons des faits et réfléchissons…

 Le 11 Décembre 2019 à 18h à Genopolys:

« Les grandes questions de la bioéthique »

Les progrès de la médecine moderne sont fulgurants et la mentalité collective évolue très vite… que de questions éthiques présentes et à venir, qui débordent largement la compétence des médecins et fait appel à toutes les composantes de la société ! et dont les plus imminentes font l’objet de discussions au Parlement. Nous parlerons tout d’abord de l’éthique, avec les notions cousines de morale et de déontologie, à la lumière de la pensée d’Axel Kahn. Puis nous balaierons les principaux sujets, et il y en a ! en laissant place aux échanges : Possibilité, inconnue jusqu’alors, de l’acharnement thérapeutique, questions de l’accès au suicide assisté et à l’euthanasie, assistance médicale à la procréation avec son potentiel eugéniste, contraception, avortement, don et usage d’éléments et produits ou sous-produits du corps humain (don de gamètes ou d’embryons, don de sperme, don d’ovules), banques d’organes ou de greffons, GPA, hypothèse d’une gestation de l’embryon humain par des espèces non humaines, clonage humain (thérapeutique ou non), diagnostic prénatal ou préimplantatoire, connaissance de caractères génétiques, thérapies géniques, eugénisme, statut juridique de l’embryon et du fœtus, recherche sur l’embryon et utilisation d’embryons surnuméraires, recherche sur les cellules-souches humaines, neurosciences dont les progrès permettent peu à peu de lire, voire de modifier l’activité du cerveau, nanobiotechnologies, voie vers l’immortalité… l’Homme se prend-il pour Dieu ?

 

  • Qu’est-ce que l’éthique ? Est-elle différente de la morale ?
  • Quelles sont les règlementations actuelles, et surtout que devient la fameuse loi de bioéthique dont l’élaboration traîne depuis plus d’un an, à la suite des grands états généraux de bioéthique de 2018 ? Quand sortira-t-elle ? Faudra-t-il prévoir de la réviser plus souvent ?
  • Au cours du vote parlementaire du 15 octobre dernier, qu’est-ce qui a été approuvé ? Qu’est-ce qui a été retoqué ? Qu’est-ce qui était notoirement absent ? Le dossier est aujourd’hui au sénat…
  • Le refus par les parlementaires du diagnostic préimplantatoire (DPI) avec le risque de transplanter des embryons trisomiques est-il une honte invraisemblable ou est-il un refus légitime du « tri des embryons », donc d’une évolution qui peut sembler eugéniste ?

Refuser d’éviter des pathologies génétiques très lourdes est-il éthiquement soutenable ?

  • Pourra-t-on longtemps proscrire les tests génétiques dit « récréatifs » ?
  • Quid du DPI HLA, le fameux concept du bébé médicament ?
  • Quel statut pour l’embryon ? Pourra-t-on être autorisé à travailler en France sur des cellules souches embryonnaires ?
  • Quelles limites mettra-t-on à la création d’embryons hybrides humains–animaux ?
  • Où placer les limites de la thérapie génique, après les fameuses jumelles OGM conçues apparemment il y a un an par un médecin chinois ?
  • Et la bio économie ? Le corps est-il un gisement rentable de matières premières à valeur économique ?
  • Quand au numérique… Il faut réfléchir à une éthique propre au numérique : éthique des données, éthique des algorithmes, éthique des pratiques.
  • Et mon corps est-il à moi ? Puis-je le trafiquer sans limite pour qu’il me convienne mieux ?
  • Les parents sont-ils propriétaires de leurs enfants et ont-ils un droit de vie ou de mort sur eux, comme dans les Iles Samoa où le couvre-feu a été décrété le 5/12 dernier (hier) à cause de la mort de rougeole de 55 personnes par défaut de vaccination ?
  • La recherche clinique est très encadrée depuis la loi Huriet-Sérusclat de 1988. Comment peut-on voir des illuminés conduire des essais cliniques « sauvages » dans le secret d’une une abbaye complice ? La notion protectrice de comité d’éthique avant tout essai chez l’homme est-elle dépassée par une sorte de néo-mysticisme au-dessus des lois ?
  • Et la fin de vie… En restera-t-on à la loi Claeys-Leonetti de 2016 ?
  • Sera-t-il éthique de continuer à accepter des erreurs médicales ? Le souhait bien compréhensible du risque zéro poussera-t-il à déléguer la médecine à des robots quasiment infaillibles ?
  • Bref, que voudra la société, vers où voudront aller les patients emportés par le tourbillon des révolutions technologiques et scientifiques qui sont en train de bouleverser notre médecine ?

 Le 18 Mars 2020 à 18h à Genopolys (ANNULEE et REPORTEE A UNE DATE ULTERIEURE)

 « Les grandes crises sanitaires en France depuis plusieurs années »

Qu'est-ce qu'une crise sanitaire?

Indiscutablement, les grandes pandémies sont des crises sanitaires. Celle du Covid-19 est un exemple typique comme ont pu l'etre la peste noire du 14eme Siècle, la grippe espagnole en 1918, et plus de 30 épidémies à nouveaux agents infectieux au cours des 25 dernières années... sans compter les "crises alimentaires" comme celles de l'huile frelatée, du benzène dans le Perrier, du poulet à la dioxine, de la maladie de Minamata, du concombre contaminé, des laits infantiles contaminés et de nombreuses autres joyeusetés...

On a aussi appelé "crises sanitaires" des évènements liés à des utilisation de médicaments

On peut citer, depuis les affaires de la thalidomide, la "crise de la vache folle" et la question hormone de croissance/prions, l'affaire du sang contaminé, des histoires mémorables comme celles du distilbène, du talc Morhange, de Vioxx, Mediator, Levothyrox, Dépakine, Cytotec, statines, prothèses PIP, Fentanyl aus USA, etc.... Sans oublier les vaccins ni les modificateurs endocrininens.

S'agissait-il réellement de "crises sanitaires"? Ou de "scandales sanitaires"? ou de "crises de communication"?

Comment ces épisodes ont-ils été gérés? nous choisirons quelques évènements mémorables, et nous évoquerons la facon dont fonctionnent nos autorités sanitaires, garantes de notre protection et tant critiquées.

Et nous parlerons du role des lanceurs d'alerte et de leurs limites.

 

Le 13 Mai 2020 à 18h à Genopolys

« Le complotisme et ses différentes facettes, pierre angulaire de la désinformation »

Nous sommes bien loin du siècle des Lumières… les fausses informations circulent en masse, la vérification des données est très rarement faite, cette désinformation est un outil de manipulation mentale pour des buts peu louables, l’embrigadement se fait à l’insu de ses victimes, les théories du complot n’ont jamais eu la vie aussi belle ! Signe des temps, témoignage d’une société dépassée par des connaissances amassées qui la dépassent, besoin de croire et de se faire berner, tendance immanente de la nature humaine à pousser les malins à abuser de la vulnérabilité des crédules et à pousser les plus faibles à se faire abuser ? Identifier ce qu’est le complotisme, identifier les principaux exemples de l’histoire et du temps présent, réfléchir aux mécanismes, aux mentalités, aux mesures possibles.

Manifestations précédentes